Photo : L’Enclume
Retour

Georges Brossard

Patrimoine immatériel

Établi près du sommet du mont Saint-Bruno depuis les années 1960, le célèbre entomologiste Georges Brossard est reconnu pour sa passion des insectes et sa personnalité éclatante, ce qui en fait certainement le résident le plus coloré de Saint-Bruno-de-Montarville.

Ce n’est pas moins de 540 000 insectes qu’on peut découvrir dans la collection privée de Georges Brossard, soit l’équivalent de plusieurs insectariums réunis dans le sous-sol de sa demeure de Saint-Bruno. Une collection hors du commun témoignant de sa passion et résultant de ses nombreux voyages de chasse à travers le monde.

C’est après une pratique notariale, à 37 ans, que Georges Brossard se tourne vers une de ses passions, soit l’entomologie, qui deviendra sa seconde profession et le mènera à fonder l’Insectarium de Montréal en 1990. Prônant l’idée selon laquelle constamment se réorienter dans la vie permet de développer nos forces vives, Georges Brossard sera non seulement notaire et entomologue, mais il sera aussi tour à tour acteur, animateur, muséologue, scénariste, auteur et conférencier.

Pour parfaire sa collection actuelle d’insectes, puisqu’il lègue en totalité sa première collection à l’Insectarium de Montréal, il continue de voyager à travers le monde, accompagné de sa puisette, son incontournable outil de travail. Ses anecdotes de chasse sont nombreuses, puisque plus d’une fois il a frôlé la mort lors d’une quête.

Chacun des insectes chassés est séché puis monté par Georges Brossard lui-même. Quelques spécimens vivants sont conservés, mygales et scorpions pour les conférences, millipèdes qu’ils offrent aux enfants, leur permettant ainsi de prendre soin d’un être vivant qui vit simplement. De plus, Georges possède quelques spécimens d’insectes bijoux qu’il arbore parfois à sa chemise, suivant une tradition mexicaine, où certaines femmes portent des bijoux faits à partir d’insectes vivants décorés.

Plus près de nous, dans le parc national du Mont-Saint-Bruno, Georges nous démontre qu’on peut observer chaque année une concentration de magnifiques papillons de nuit, comme le papillon lune : Actias luna. Ce papillon qualifié de nationaliste par Georges Brossard sort une semaine avant la Saint-Jean-Baptiste et disparaît une semaine après.

Bibliographie

Brossard, Georges et Kahle, Barbara, 2016. Maudite passion. Éditions Druide.

Kahle, Barbara, 2014. Georges Brossard audace et démesure. Québec Amérique. Entrevue avec Georges Brossard, 1er juin 2017.

Dans la même catégorie

La Villa Grand Coteau

Voir la fiche

La Laiterie Caillé

Voir la fiche

Pratique du ski et la famille Dulude

Voir la fiche